Diabètendurance
 
Insulines!
méthodes et matériels
 

retour à la page santé

Vos dons permettent à Diabetendurance de continuer à exister ! Merci de votre soutien.

sommaire:

Les insulines


Le traitement par l'insuline :

Une auto-surveillance quotidienne

Pour reproduire le plus fidèlement possible le fonctionnement du pancréas, l'insuline est secrétée à des taux variables au cours de la journée. Les injections doivent être faites pour copier au mieux cette production naturelle. Il faudra adapter le traitement au style de vie de la personne ainsi qu'a son alimentation.

 

 

 

 


Il existe plusieurs sortes d'insuline :


- Celles dites d'action très rapide agissant ou bout de 5 minutes après l'injection:

nouvelles génération d'insulines, elles expose peu de risque de complications. Leur action hypoglycémiante survient dans les 5mn devenant maximale au bout de30 à 60 mn avec une durée totale de 4 heures environs.

- Celles d'action rapide ou" ordinaire"
:

elles agissent 30 minutes aprés injection, puis atteignent leur pic d'efficacité en 1 à 2 heures avec une durée d'action qui s'étale sur 6 à 8 heures selon la dose utilisée.
Avant l'arrivée des insulines trés rapides , l'insuline ordinaire était injectée avant chaque repas de façon à garder une glycémie basse jusqu'au repas suivant..


- D'action intermédiairede type NHP:( association d'insuline rapide ou ultrarapide et e protamine).

Elles entraînent une baisse de la glycémie au bout de 45 à 60 mn el leur durée d'action est en moyenne de 12 heures selon la dose.

- D'action lente ou ultralente:

Elles ont une durée d'action d'environs 24 heures.
Appelées aussi insuline de vie, elles visent à reproduire ce qui se passe dans l'organisme, c'est à dire, maintenir un contrôle régulier d'au moins une demi- journée afin qu'il reste toujours une petite quantité d'insuline dans l'organisme.


Plusieurs protocole possible ???

Ces différences d'action, à plus ou moins long terme, sont dues à la mise en forme de la protéine.
Selon les excipients utilisés, selon leur rapidité de désintégration dans le sang, l'insuline agit plus ou moins rapidement. Il faut donc adapter les doses selon les profils d'action des insulines.
- Souvent, il faut se faire une injection d'insuline rapide avant chaque repas afin de prévenir l'apport de sucre.
Ensuite on adapte ses doses selon son quotidien.
Soit : avant le couché, une injection d'insuline très lente qui permettrant de maintenir un taux constant pendant une période longue, ceci ajouter à une injection d'insuline rapide avant chaque repas. : Matin et soir : une insuline intermédiaire, toujours accompagnée de l'insuline rapide avant les repas.
- Evidemment, le schéma quotidien des injections ne peut être établit que si l'apport en glucides reste semblable d'un jour à l'autre.

Dans l'exemple ci dessous, le diabétique a besoin de 3 injections d'insuline rapide lors de chaque repas (elle agit directement et pendant environ 3 heures), et d'une injection d'insuline à action prolongée, par exemple lors du repas du soir. Cette dernière aura un effet prolongé pendant 24h.


 

retour en haut de la page

 

L'injection
une bonne organisation de l'injection est une des clés d'un bonne équilibre

  1. L' insuline ne peut pas être administrée par voie orale car c'est une protéine qui serait détruite par les enzymes digestives.
    Elle se fait soit dans le ventre pour une action rapide, soit dans le bras, soit dans la cuisse ou la fesse pour des actions plus lentes.
    Il faut éviter de se piquer dans les zones ou il y a peut de muscles ou dans celles contenant beaucoup de nerfs et de vaisseaux.
    *zone injection voir image

  2. Respecter la zone d'injection donnée par votre médecin:
    Les précautions d'hygiène sont bien sur indispensables.
    Une désinfection à l'alcool n'est pas nécessaire si le patient a une bonne hygiène de peau : l'eau et le savon sont de très bons antiseptiques.
    Il en est de même pour l'auto contrôle glycémique,
    le lavage des mains, lui aussi est important car la simple trace de boisson ou d'aliments peut fausser le résultat.
    L'absorption de l'insuline est très sensible à l'état de la peau. Il faudra donc éviter les zones lésées ou irritées.

  3. -Visser une aiguille avant chaque injection

    -Purger avant chaque injection

    -Retirer l'aiguille après chaque injection


  4. réaliser un pli cutané (voir photo ci-dessous) afin de limiter le risque d'une injection intramusculaire.

    et maintenir environ 10 secondes en fin d'injection.


  5. Les stylos injecteurs sont la nouvelle génération d'appareils faciles, pratiques et discrets. Il permet grâce à un système d'aiguille rétractable de se piquer partout.

    Selon sa corpulance , on peut adapter la taille de l'aiguille. Il est important à chaque injection de changer la zone de piqûre.

    Après l'injection ne pas oublier de recycler ses aiguilles dans les boites jaunes.



  6. Les lipodystrophies:
    Une mauvaise technique d'injection d'insuline peut conduire à l'apparition de lipodystrophies.
    Elles sont de deux sortes :
    - Les lipohypertrophies (amas graisseux formant des "boules" sous la peau).
    - Les lipoatrophies(déformation en forme de creux).
    Les lipodystrophies sont souvent responsables de variations importantes de la glycémie.
    Dés leur apparition il est important de consulter votre médecin ou diabetologe.
    Ne jamais injecter dans les lipodystrophies.

 

 

retour en haut de la page

 

 

 

Contrôle glycémique, les règles à respecter .




La régularité de contrôle glycémique est essentielle.
On ne peut se fier uniquement à des symptômes tel une fatigue soudaine , un mal de tête ou un tremblement car ils peuvent être les conséquences de plusieurs phénomènes contradictoires soit une hypoglycémie ou bien une hyperglycémie.
C'est uniquement grâce au contrôle que l'on connaîtra les besoins du patient. Il ne faut jamais utiliser d'alcool lors du contrôle, seul un lavage de main est suffisant.
Vous devez quotidiennement contrôler votre glycémie grâce aux lecteurs de glycémie disponibles dans toutes les pharmacies.
En déposant une goutte de sang prélevée au bout d'un doigt à l'aide d'un auto-piqueur, une électrode placée dans le lecteur, permet de donner aussitôt le taux en sucre.
- Avant les repas, le taux de sucre doit être compris entre 0,8 g/L et 1,1 g/L
- Après les repas, il ne dépasse pas 1,6 g/L.

Méthodes:

Après avoir calibré le lecteur ( selon les modéles) , et s'être assuré que les bandelettes ne sont pas périmées, il suffit de se piquer le bout du doigt et pas n'importe lesquel . Privilégier en priorité l'annulaire ou auriculaire dansla zone indiquée (voir photo) .Evitez la pulpe du doigt, utilisez les côtéspour éviter à therme une perte de sensibilité..


Ensuite faire perler une goutte de sang. Puis l'on pose la bandelette réactive jusqu'à ce que celle-ci soit bien imbiber.
Le lecteur vous affiche la glycémie en quelques secondes . Selon le résultat, il vous faudra donc suivre les conseils prévus avec votre médecin.
Autre outil, la bandelette de surveillance urinaire, pour rechercher la présence de glucose et d'acétone dans les urines.
Ces outils d'auto-surveillance permettent au diabétique de mieuxcomprendre ce qui fait varier sa glycémie et d'ajuster éventuellement son traitement avec son médecin.

Il est conseillé de tenir à jour un carnet de surveillance qui permettra à long terme d'adapter au mieux son traitement .
Il trace également avec fiabilité votre comportement aliment/sport/glycémie.


Petit rappel:
La fréquence et l'utilisation du contrôle glycémique doit-être modéré chez un diabétique de "type 2" , pas plus de 3x par jour et dans un cadre logique.
exemple:
Ajeun le matin , 1h30 aprés le repas du midi , le soir au couché.
Il est également fortement déconseillé d'utiliser cet appareil à plusieurs , les risques évident d'échange sanguins peuvent causer de graves désagréments.
Les lancettes et bandelettes doivent elles aussi être recyclées dans les boites jaunes.

Pour les diabétiques de type 1 Il faudra également surveiller le taux de glucose dans les urines car l'excès sera éliminé par le rein. (risque d'acétose)



retour en haut de la page